LE NOUVEAU NUSHU

Calligraphies de Liu Dongmei à Rennes)

Exposition à Rennes 2015 :

Une exposition des calligraphies nüshu de Liu Dongmei s'est tenue dans la banlieue de Rennes en mars 2015. 

Le nushu en France

J'ai rencontré Liu Dongmei, chinoise originaire de Chengdu et qui vit en France depuis dix ans. Elle apprend depuis trois ans la calligraphie nushu auprès de Wang Cheng, une "ambassadrice nushu" qu'elle a rencontré à Chengdu (Sichuan), qui crée des céramiques nushu. Les "ambassadeurs ou ambassadrices nushu" 女书大师 constituent une nouvelle forme de relais calligraphique, qui permet à l'écriture d'être connue et diffusée en dehors de Jiangyong.

Calligraphies modernes du nüshu

Nüshu d'aujourd'hui

Voir l'article de Ouest France


Expositions, arts... 2012-2013

Le nüshu a été exposé en avril 2012 à la Queen’s Borough Public Library  de New York.

La déclaration contre la discrimination des femmes a été écrite en nüshu et remise aux Nations Unies en 2012 par deux transmettrices de Jiangyong, mère et fille, He Jinghua et Pu Lijuan.

Un compositeur sino-américain Tan Dun a écrit un concerto intitulé : Nushu : the secret songs of Women, pour le Shanghai International Arts Festival en 2013.

Des groupes de visiteurs s’affichent sur le Net dans les classes de nushu de Pumeicun.

 

Depuis 2009, les nouvelles technologies ont en effet constitué une chance, puisque de nombreux sites sur le nüshu en chinois, en anglais ont été développés, le tourisme et l’intérêt international pour ce patrimoine ont fourni des fonds pour le développement de Jiangyong. Le nushu vit maintenant aussi sa vie virtuelle, et se développe dans plusieurs directions, vers des bibliothèques digitales, vers des variantes calligraphiques, vers des formes artistiques.

Cette ancienne culture-écriture féminine du pays de Jiangyong autrefois protégée dans un cercle restreint et féminin a vécu sa libération, il trouve dorénavant sa place dans le monde moderne en se renouvelant, en s’adaptant, en se transformant pour suivre ses nouvelles pratiques. Il surfe. C’est sa nouvelle façon de rester un patrimoine vivant.