Qui suis-je?

L’auteur du site :  Martine SAUSSURE-YOUNG

2 mémoires de recherche à l'INALCO:
"L'écriture des femmes de Jiangyong" 2005

"Nüshu : les voies de l'écriture, l'écriture de la voix." Master2, 2006
2 voyages de terrain à Jiangyong 2007, 2008
Conférence sur le nüshu au Musée Mundolingua, Paris, avril 2015
Création de l'enluminure nüshu :
comme d'autres femmes à travers le monde, je me suis appropriée l'écriture nüshu à travers une démarche artistique, en créant le concept d'enluminure nüshu, en croisant l'enluminure traditionnelle occidentale et l'écriture des femmes de Jiangyong. 
Réalisation d'un manuscrit sur le nüshu
(2015 2016).

Diplômée de l’INALCO (Langues’O) Master 2 (DEA) en didactique des langues et des cultures, Maîtrise de chinois dans une perspective pluriculturelle et plurilinguistique, Maîtrise de Français Langue Etrangère, Licence de chinois. Professeur de FLE (français langue étrangère) pendant dix ans, enseignant à des étudiants chinois l’expression écrite et la civilisation, à Guangzhou (Canton, Chine) à l’Alliance française en 2004, à l’Institut des Langues Etrangères du Guangdong (en 2004 et 2006-2007), à l’Institut Bercy (2008-2009) et à l’Institut franco-chinois de Management de l'ESG, à Paris (2009-2013).

Auteur de deux mémoires sur le nüshu :

Tome I : « L’écriture des femmes de Jiangyong, (Hunan, Chine)" 女书 : 中国湖南省江永县女性文字 - Mémoire de maîtrise (INALCO, 2005, 100 pages avec analyses,  illustrations, références, sous la direction de Joel Bellassen) constitue la découverte de cette écriture- culture et étudie l’aspect traditionnel du nüshu ainsi que les mesures de sa sauvegarde.

Tome II :  « La transmission du nüshu : l’écriture de la voix, les voies de l’écriture » 女书流传 : 文字之路, 录之文字 - Mémoire de Master 2, INALCO, 2006 (120 pages, études, photographies, bibliographie). Ce second volume approfondit la recherche sur la sociographie traditionnelle du nüshu, souligne son appartenance à la littérature orale et aux écritures dialectales, et poursuit l’analyse des caractères. Il interroge aussi les différents aspects de sa transmission dans le monde moderne.

Deux voyages à Jiangyong

En 2007, j’ai réalisé un premier voyage à Jiangyong, visité cette région traditionnelle, ses campagnes, ses temples, rencontré les rares transmettrices qui perpétuent cette tradition au Village de la culture nüshu de Pumeicun, parfois encore de mère en fille. Puis en 2008, j’ai réalisé une enquête de terrain - avec le soutien du centre de recherche du Plidam (Langues’0) - à Jiangyong et à l’Institut des minorités de Wuhan. J’ai poursuivi ma visite de la région, retrouvé les transmettrices, assisté à des cours donnés à Jiangyong, questionné des jeunes filles qui essayent de l’apprendre encore et interviewé des chercheurs de Wuhan et une spécialiste des arts traditionnels locaux.

MES ETUDES ET RECHERCHES SUR LE NUSHU


L'ENLUMINURE NUSHU (marque déposée à l'INPI)

Depuis huit ans, je me suis parallèlement formée à l'enluminure-calligraphie et j'ai développé le concept d'enluminure nushu au croisement de l'écriture occidentale et de l'écriture nushu, dans une démarche interculturelle. J'ai créé un manuscrit entièrement enluminé de 40 pages sur l'écriture, la culture nüshu, son histoire et sur les transmettrices. Voir mon site : www.enluminurenushu.fr

Manuscrit enluminé sur le nüshu

Page manuscrit enluminé sur le nushu